L’injustice sociale



3a6667b41a974e340536e420b1af2ca9
Share via email Share

Lorsque l’on compare sa situation à celle de ses proches (amis, famille, collègues, etc…), on trouve toujours un certain nombre d’injustices. Il nous semble parfois qu’une réussite est trop éclatante ou au contraire qu’un problème est trop dur à supporter pour un seul individu. Ceci fait partie de la vie, chacun vit des situations différentes que l’on aimerait bien vivre ou au contraire qu’on se félicite d’avoir évité.

Je crois beaucoup au destin. Je pense par conséquent que la plupart des choses qui nous arrivent, qu’elles soient positives ou négatives, ne nous arrivent pas par hasard. Je vois la vie comme une route toute tracée, la seule chose qui évolue étant l’état du véhicule nous permettant d’avancer sur cette route (et aussi parfois l’itinéraire). On a souvent tendance à oublier ce chemin lorsque l’on observe la réussite ou la douleur de l’autre.

On ne réussit pas dans la vie du jour au lendemain tout comme on ne se retrouve pas dans une situation difficile du jour au lendemain. Il y a certes des événements importants qui nous font basculer dans une situation nouvelle mais la plupart du temps, il aura fallu vivre un certain nombre de situations et traverser un certain nombre d’états avant de pouvoir connaître ces événements. Le bonheur, comme le malheur, sont des notions subjectives et très personnelles. C’est notre chemin de vie qui nous fait envisager une situation de manière positive ou négative au delà de la réelle portée de l’événement présent.

Bien entendu, un décès est difficilement vécu comme un événement positif mais il peut être envisagé comme un événement relativement normal à partir du moment où l’on s’y est préparé. De la même manière, une naissance sera rarement vécue comme un événement négatif. Pourtant, si l’enfant n’est pas vraiment désiré, l’événement peut être angoissant. On voit donc bien que le conditionnement joue un rôle majeur dans notre appréciation des événements.

Notre chemin de vie n’est pas meilleur ou pire que celui d’un autre. Il est juste l’expression dans notre regard d’une série de situations. A l’échelle d’une vie, l’équilibre entre situations positives et négatives est souvent relativement neutre. Cependant, la manière dont on vit les situations fera qu’au final, on aura eu l’impression d’avoir ou non une vie heureuse. Souvent, notre conditionnement sera profondément lié à l’ordre des situations vécues. C’est peut être là qu’est la vraie injustice. Une personne qui aura eu des problèmes tôt dans sa vie aura peut être plus de mal à remonter la pente et passer le cap qu’une personne ayant eu une enfance heureuse. D’un autre côté, une personne ayant eu des problèmes tôt pourra s’être forgée une certaine maturité lui facilitant ensuite l’existence là où une personne peu habituée aux problèmes connaîtra un atterrissage difficile lorsqu’ils se présenteront.

Au fond, les problèmes n’arrivent jamais au bon moment, jamais lorsque l’on s’y attend. C’est à la fois le charme et la difficulté de la vie. On voit chez les autres des situations formidables qu’on souhaite et terribles qu’on rejette. On oublie souvent au moment où l’on vit ces mêmes situations que nous ne sommes pas les seuls à les avoir vécu.

L’injustice sociale n’est donc qu’un concept engendré par notre conscience face à des situations afin de tenter d’y trouver une justification extérieure. Il n’y a malheureusement souvent aucune raison extérieure pouvant justifier une éventuelle injustice qui n’est autre que l’expression de notre appréciation, fruit de notre vécu.

3a6667b41a974e340536e420b1af2ca9
Share via email Share
Ce contenu a été publié dans Chapitre 3 - La vie est relativement injuste. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à L’injustice sociale

  1. gaspard dit :

    J’ai beaucoup apprécié ton blog. Ton style est clair, on s’y retrouve. J’ai trouvé par contre que ça manquait justement des petites expériences positives, des petits bonheurs qui reviennent par ci par là. Du gout de vivre.
    Bonne journée à toi !

  2. Moi dit :

    Merci Gaspard, ça fait plaisir! Je t’avoue que j’avais un peu laissé de côté la rédaction de ce blog faute de lecteurs. Ton commentaire me donne envie de poursuivre.

    Je ne parle pas trop d’expériences positives car les premiers chapitres sont surtout un décodage de la dépression. Je vais essayer par la suite de donner quelques ficelles pour réussir à surnager.

    Bonne journée!

  3. jacynthe thériault dit :

    Il ne faut surtout pas arreter d’écrire. Moi, j’éprouve du plaisirs a vous lire.
    Vos textes sont souvent le reflet de mes pensées trop profonde. Je me sort présentement de la dépression. CE fut, et la je prends plaisirs a en parler au passé, l expérience la plus difficile d ema vie. Mais maintenant que je vois enfin le bout du tunnel je trouve qu’elle ma apporté beaucoup. Je prendrai ces medics a vie, car jamais je ne souhaite revivre cela.Meme si elle me sert de tremplin.
    merci beaucoup , pour vos texte.
    jacynthe

  4. Moi dit :

    Merci pour votre message Jacynthe… J’écris au fil de mon inspiration. En ce moment, je suis un peu dans le creu de la vague au niveau de l’inspiration mais cela reviendra sûrement.
    Bon courage ;)

  5. criipy dit :

    Il ne faut surtout pas arreter d’écrire. Moi, j’éprouve du plaisirs a vous lire.
    Vos textes sont souvent le reflet de mes pensées trop profonde. Je me sort présentement de la dépression. CE fut, et la je prends plaisirs a en parler au passé, l expérience la plus difficile d ema vie. Mais maintenant que je vois enfin le bout du tunnel je trouve qu’elle ma apporté beaucoup. Je prendrai ces medics a vie, car jamais je ne souhaite revivre cela.Meme si elle me sert de tremplin.
    merci beaucoup , pour vos texte.
    jacynthe

  6. Moi dit :

    Merci beaucoup pour ce commentaire qui me fait très plaisir :)

  7. Mélanie dit :

    Bonjour,
    je ne suis pas certaine de faire une légère dépression, mais tout me semble si terne et noir, même lorsque je suis avec mon copain. Pourtant, il y a des moment ou je vais bien, mais quand ça va mal, une déprime profonde s’empare de moi et la souffrance me transperse et me rend inactive, je n’ai plus le goût de rien, même pas de la vie. Croyez-vous qu’il est possible d’être en dépression et de pouvoir vivre à la fois des moments de bonheur en intermittence?

  8. moi dit :

    Oui Mélanie bien sûr et heureusement! Mon sentiment est que les dépressifs ont besoin de bonheurs beaucoup plus intenses pour les vivre comme tels. Par exemple, une personne non dépressive, sur une période donnée, vivra autant de bonheurs que de malheurs et les identifiera comme tels. Une personne dépressive vivre probablement un nombre similaire d’événements positifs et négatifs mais elle ne verra les positifs que s’ils sont très positifs. C’est la vision déformée de la réalité, on perd en objectivité.

  9. natalie dit :

    Bonjour !
    Il faut faire vivre ce blog absolument !!!
    Il existe autant de dépressions (quel vilain mot) que de personnes…puisqu il s’agit d’un décalage entre le moi et la place donnée pour qu’elle s’exprime…Donc autant de dépressions que de personnes, d’epoques, de races.
    A mon avis, il faudrai essayer des’attacher à trouver des réponses, en effet…
    Je ne cesse de chercher des réponses à quelque chose qui n’est pas vraiment un mal etre, mais plutot un vrai décalage..Il me semble que je l’ai d’ailleurs toujours été…Souvent je me dis que j’aurais été plus à l’aise au 19 ème siècle…Un penchant pour la mélancolie extrème, un état d’exaltation ou au contraire de prostration appartiennent davantage à l’époque de Goethe…A propos, lisez, si ce n’est fait, les souffrances du jeune Werther »…Pour ma part, il ne sert souvent à rien que je me tourne vers des comédies, je me retrouve souvent dans ce qui ressemble à mon état d’esprit, mais peut etre n’est ce pas une bonne idée ?
    natalie

  10. Moi dit :

    Bonjour Natalie,

    Merci de ton enthousiasme, ça fait plaisir!
    Il est en effet mieux de se mettre au soleil plutôt que sous la pluie lorsqu’il pleut à l’intérieur car il faut une certaine force pour que le soleil prenne la place de la pluie à l’intérieur lorsqu’autour de nous l’inverse se produit…

  11. Sam dit :

    salut,
    j’aime bien ton style, c’est honnête, sensible et intelligent. Pour autant ça ne verse pas dans l’appitoiement sur soi.
    Je t’encourage à continuer d’écrire et de partager, moi j’ai décidé de m’y mettre récemment, et de voir ce que ça donnera.
    Je vais mettre un lien de ton blog sur le mien (tout nouveua tout petit), si tu veux faire la même chose ça me ferait plaisir.
    @+

  12. lemeur dit :

    J’ai trouver ce texte avec une profondeur de voir les choses super interessante. je pense qu’on est beaucoup à savoir c’est chose mais plus difficile à l’expliquer ! J’ai retrouver dans ce texte tout ce que je peut voir à travers différentes personnaliter que j’ai connu .

  13. moi dit :

    Merci beaucoup, c’est très gentil!

  14. aline de vernois dit :

    je viens de lire par hasard ce texte, je suis seule et je meurs d’ennui, même si je m’active à la maison, le silence me renvoie toujours toutes les souffrances et les injustices que j’ai subies dans ma vie, c’est difficile à dire mais je pense que dire que c’est le destin qui veut cela est irrationnel, j’ai suivi une psychothérapie qui n’a abouti à rien de positif sinon me faire encore plus mal de me savoir si mal en fait. Je suis là mais comme morte à l’intérieur, même si mes joies commencent là où je me donne aux autres quand je me retrouve avec moi je constate que l’enfer c’est les autres et qu’avoir trop donner je me retrouve les mains vides et ma vie si triste de bon sens. voilà bon courage à tous

  15. yann dit :

    Slt, sa ne doit pas etre facil à vivre ta situation, c est vrai que tou n est pas rose loin de la, tou laisse à panser que tout est fait pour qu on en bave ici bas. Mais rassure toi, tu n es pas dépréssive tu souffre just d un « mal » qui touche peu d entre nous ce mal est la lucidité, ba wé faut etre aveugle pour pas voir que rien ne va et que rien ne va en s arrangeant, nos craintes et nos souffrances sont durables commes nos crédits mais nos joies et nos ptits moment de plaisir sont court. La vie est comme elle est, c’est l homme qui la polu rien de plus, chaque moment est précieu, chaque moment est une chance de changer les choses, je ne croi pas au destin ni à la fatalité donc si la vie te mal mene reprens le control, nous sommes tout simplement peut etre victime de notre façon de penser la réalité. change ta façon de penser le monde et le monde t apparaitra sous un autre jour.

  16. ibtissam dit :

    j’ai trouvé ce texte est formidable et j’éspère qu’il y aura des autres textes par un très bon auteur

  17. bilel dit :

    Je vous remercie pour cet article que je le trouve personnellement très intéressant et trop émouvant.En fait c’est comme ça la vie, un jour on rit un autre non est voila .
    bon courage

  18. jolyann dit :

    je me cherchait de la lecture sur la depression pour essayer et je dit bien essayer,de comprendre le pq du comment et voila que je me retrouve sur ton blog et meme si tout me semble innutile meme ma vie,je trouve ds ton blog le petit peu d espoire qu il me manque.te lire me rassure mais en meme temps me fait peur mais ya une chose qui est sure c est que ca me fait réffléchir.alors tu doit continuer ce blog pour permettre a des gens comme moi d avoir un peu d espoir devivre.

  19. Catherine dit :

    Bonjour à tous,

    Déjà, je suis d’accord avec Natalie, il faut que ce blog vive !
    J’aime sa simplicité (juste des témoignages et des réflexions, pas de langue de bois technico-psy), sa modestie (qui est pour moi une qualité, cf. la chanson de Georges Brassens « C’est un modeste »), sa justesse de ton.

    Je crois beaucoup au destin. Je pense par conséquent que la plupart des choses qui nous arrivent, qu’elles soient positives ou négatives, ne nous arrivent pas par hasard. Je vois la vie comme une route toute tracée, la seule chose qui évolue étant l’état du véhicule nous permettant d’avancer sur cette route (et aussi parfois l’itinéraire). On a souvent tendance à oublier ce chemin lorsque l’on observe la réussite ou la douleur de l’autre.
    Moi aussi j’ai toujours vu ma vie comme toute tracée.
    Quand j’ai lu, à l’adolescence, des ouvrages de base sur l’inconscient, j’ai toute de suite adoptée ces connaissances pour reconnaître le « destin ».
    Je pense comme vous qu’il est vain d’envier la réussite d’autres personnes. Il faut essayer d’écouter sa propre « voie intérieure » et se lover dans son propre « chemin de vie ».

    Je ne cesse de chercher des réponses à quelque chose qui n’est pas vraiment un mal etre, mais plutot un vrai décalage..Il me semble que je l’ai d’ailleurs toujours été…
    Natalie,
    Moi aussi je me sens toujours en décalage…
    C’est dur de se retrouver dans ses baskets.
    Je pense que c’est le propre des rêveurs, ces personnes qui vivent mieux dans l’imaginaire que dans la réalité. Il faut se reconnaitre, « Connais-toi toi-même », c’est vieux comme le monde, et « faire avec ».

    A bientôt tout le monde

  20. breizhéteinte dit :

    J’aime …….c’est mon reflet dépeint avec justesse, n’abandonnez pas , vous êtes l’écriture du coeur …..
    merci

  21. Johanne dit :

    J’ai besoin de me dire
    Sans dramatiser, dire que je suis déprimée, dépressive
    Le temps passera
    Mon conjoint des 23 dernières années est tanné je le vois bien dans ses yeux
    Nous ne faisons plus grand chose ensemble
    Je n’ai pas envie de grand chose
    Le plaisir me fait peur
    Je suis dans la bulle et je tente de m’en sortir
    Je suis ruinée financièrement et je viens de quitter un emploi pour tenter d’améliorer mes finances mais mon niveau d’énergie est très bas
    Je me cache, je pleure, je dors
    Merci pour ce blog

  22. Margauxx dit :

    Bonjour,

    Je suis élève de terminale. En quête d’informations à mettre dans ma dissertation de philosophie je suis tomber sur votre site. Il est formidable et j’aime beaucoup votre façon de voir les choses. J’aimerais avoir votre avis sur mon sujet de dissertation, qu’es qu’il vous inspire ? comment l’auriez vous traité à ma place ?
    Le voici : « Est-ce dans la nature humaine qu’il faut chercher l’origine des injustice? »

    Je vous remercie d’avance

  23. Micheline dit :

    On se bat en venant au monde dès notre premier respir pour vivre. Tou le reste de notre vie on se bat pour réussir quelque chose. Soit on y arrive soit on échoue. L’injustice fait partie de ce monde depuis la nuit des temps. La vraie justice n’est pas de ce monde. Des gens ont tout perdu en ce monde, leur famille qu’ils chérissaient de tout leur coeur, soit dans un accident, un meurtre, génocide comme au Rouanda, par cupidité, étourderie, la drogue la boisson etc… etc… Que de manières, de circonstances peuvent nuirent et devenir des injustices audieuses. Alors continuons a nous battre mes amis, sinon le mot vie n’aurait plus aucun sens.

  24. FoRTex dit :

    Merci Pour tous ça j’ai fais plaisir de lire ce vous écrivez .c’est mon reflet dépeint avec justesse Merci une autre fois ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>