Ce que vous trouverez ici



7c847e43f16d6fdf6c62d69cb8e399f4
Share via email Share

Je serais tenté de dire que vous trouverez peut être ici ce que vous avez envie d’y chercher. Que vous soyez en proie à des interrogations, que vous souffriez de votre quotidien, que vous traversiez la vie comme on traverse un pont de singe au dessus d’un gouffre dont on ne voit pas le fond, ou tout simplement si vous appréciez de vous poser des questions sur le pourquoi du comment de nos comportements, vous trouverez peut être ici quelques pistes de réflexion voire d’amélioration. Je n’ai pas la prétention de guérir la dépression, je pense malheureusement que c’est une maladie dont on ne guérit jamais vraiment. J’ai juste le souhait de vous faire partager ma vision de ma vie et j’espère qu’au travers de cette vision, vous pourrez y voir plus clair sur votre propre existence et celle de vos proches.  Vous ne serez peut être pas réceptif à toutes les thèses émises ici mais je suis convaincu que certaines situations vous parleront.

Donc un peu de chaleur, un peu de lucidité, pas mal de réflexion, trop de souffrance, c’est ce que vous trouverez si vous parcourez ce blog. Je me souviens d’un film que j’avais beaucoup aimé où un acteur dont je tairais le nom disait : « le pire n’est jamais décevant ». Je crois que c’est vrai, il y a dans les pires situations une intensité telle qu’une fois qu’elles sont terminées, elles laissent une empreinte dans notre mémoire. Avec le temps, cette empreinte n’est plus forcément aussi douloureuse qu’au départ. Cela reste juste un souvenir qui nous permet à un moment de mesurer l’ampleur de la douleur que nous sommes capables d’encaisser. Tout comme le mieux est l’ennemi du bien, je crois que le pire est l’ennemi du mal. C’est paradoxal mais il y a dans le pire comme dans le mieux une leçon à retirer qui nous permet de nous éloigner du mal et donc de nous rapprocher du bien. Le pire n’est pas forcément complètement mauvais car il peut ouvrir les yeux tout comme le mieux n’est pas bon car il aveugle. Donc n’ayez pas peur de parcourir ces lignes aussi dures soient-elles parfois. Ce n’est que le récit d’une vie. Il n’y a au fond rien de vraiment terrible.

7c847e43f16d6fdf6c62d69cb8e399f4
Share via email Share
Ce contenu a été publié dans Préface. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Ce que vous trouverez ici

  1. Catherine dit :

    Je me permets d’intervenir beaucoup sur ce blog car j’ai besoin de partager mon vécu.

    En ce qui concerne les souvenirs des moments douloureux, j’ai du mal à les « lâcher » et, du coup, ils ne deviennent pas moins douloureux.
    Je crois que cela s’appelle la rumination.
    Je rumine les souvenirs difficiles, honteux et douloureux.
    Alors j’essaie de m’accrocher au présent et à ce que je dois faire envers ceux qui me sont chers et proches.

  2. Sophie dit :

    Moi aussi j’ai du mal à lâcher prise par rapport à un passé douloureux mais petit à petit en ce concentrant sur le moment présent vous y arriverai!

  3. Catherine dit :

    OK, Sophie.
    Merci et à bientôt

  4. Coligny dit :

    Je me sens en phase avec Catherine. Moi aussi, je « rumine » beaucoup, ce qui me fait souffrir.
    Actuellement, je ressasse une rupture douloureuse vieille de …… 40 ans. Depuis, en plus d’être  » bipôlaire », je souffre d’une névrose d’abandon.
    Quand mon épouse a 10 min de retard le soir, j’angoisse et imagine toutes les catastrophes possibles.
    La semaine prochaine, elle part en Israël, me laissant seul : j’angoisse déjà, je panique.
    J’aimerais avoir le témoignage de personnes qui me ressemblent. Bien à vous.

  5. lydie dit :

    j’étais dans une entreprise en pleine crise j’avais un metier que j ‘aimais mais qui m’en a degouté harcelement moral humiliation on va au boulot a reculons on vous met de cote. vous mes collegues soient disant amis a qui je disait tout vous m’avez laisser tomber alors que j’allais crever je me suis couper les veines mais il y avait personne pour soigner mes peines je suis tomber dans cet enfer de depression les cachetons qui vous rende encore plus con je parlais de ces angoisses de ses peurs de ses idees noires qui vous rende folles mais vous les medecins vous n’ecoutez pas on vous choutes et s »est tout .mes vraies amies ont essayees de soignes mon coeur sans cpmprendre vraiment cette maladie on croit que l’on fait du cinema que l’on fait semblant du coup je n’en parle plus je me renferme je n’inquiete personne. mais au fond de mon coeur de mon mal etre ou en suis je apres 6 mois d’arret des tas de questions reviennent sans cesse j’aimais la vie maintenant cest finie quelque chose en moi est mort .ai je tort ? la depression est un combat de tout les jours que ni vous ni moi ne comprenons . mais une chose est sure c’est que je suis prise pour con et de plus en plus je veux en finir la vie ne m’interresse plus je suis seule du matin au soir et je ressasse mes idees noires aidez moi !

  6. Catherine dit :

    Bonjour Coligny,

    Ne suis pas bipolaire, « seulement » dépressive, chroniquement depuis un évènement douloureux en 1986. J’avais sans doute un « terrain » favorable…
    Moi aussi : « névrose d’abandon », et ça, depuis toujours. Mêmes angoisse que toi quand mon mari doit s’absenter.
    Quand je suis seule à la maison, je ne sais pas quoi faire de moi-même. Comme je suis en congé maladie, je suis tous les jours à la maison, alors… Impossibilité de prendre soin de moi-même, de nettoyer la maison… Ce sont bien les symptômes des abandonniques, si j’ai bien compris mes lectures.
    Et moi je me soigne, plus je me sens minable…
    J’essaie de me dire, comme un mantra, « Ne fais pas en sorte que tu te sentes encore plus mal » mais souvent, j’oublie ce mantra que je me suis fabriquée, et je me retrouve assommée par l’angoisse.

    Amitiés

  7. Catherine dit :

    Salut Lydie,
    Je sais pas si ça peut t’aider, mais ici, dans ce blog, on connaît par où tu passes.
    Pour les médecins, si tu as la force, essaie d’aller en voir d’autres. Un jour tu peux tomber sur quelqu’un avec qui ça accrochera.
    Ta dépression s’est déclenchée à cause de ce que tu subissais au boulot ?
    Amitiés

  8. Inconue dit :

    Si tu es deprimee lit cela ,la vie est bien dure mais le monde est comme il est avec ses larmes et ses sourires et ne demande qu’a etre compris

    Un jours tous ce que nous avons connus jusqu’à maintenant disparaîtra . Ceux que nous aimons mourront ce que nous haiissons perirons le monde , la vie toute chose est vouée a disparaître ainsi et le loi du monde que dois t’on faire ? Attendre la mort ? Vivre la vie dans ce monde horrible? Faire venir la mort a nous ?
    NON ce que nous voulons tous c’est un monde meilleur enfin c’est ce don la plus part des gens rêves mais les rêve restent des rêves car chacun vois le « bonheur » d’une façons différente mais a la fin le but de chaque chose et de satisfaire sa personne ;autant par ses besoins vitaux et personnels que par sa propre conscience , chacun est égoïste et ne pense qu’a lui même alors au lieu de se plaindre donner du pain a ceux qui en ont pas et essayer de satisfaire votre conscience ! Cela et il mortel d’oser espérer que dans ce monde il existe des gens qui pense aux bien des autre, des personnes qui sont prête a tout pour aider !
    Je ne demande rien mais essaie d’être heureux et de partager ce bonheur avec ton voisin vis le jours le jours accepte les problème de la vie accommode toi , trouve des solution : il y a toujours solution a tous . La vie et la chose la plus précieuse que nous avons allors essayons de la garder ;)
    ~~~ Comme une fleur qui se reveille ouvre tes petales libere ta senteur et ton nectar et conprent la vie ~~~ V.Inconue

  9. Sophie dit :

    Merci pour ce texte réconfortant. A méditer…;-)

  10. Vincent dit :

    J’aimerai savoir comment évaluer son niveau de dépression.
    Nous partageons un sentiment de tristesse, solitude, d’échec, etc…, mais sûrement à des degrés différents.

    Une personne a cité le mot  » bi polaire « . A partir de quand est-on bipolaire ?
    Et le terme  » maniaco/dépressif « , que veut il dire au juste ?

    Peut être qu’en se posant ce genre de question, nous serions mieux à même d’identifier notre  » maladie  » , et de fait, d’en trouver des  » solutions  » .

    Pour ma part, il m’arrive d’écrire dans un cahier ( ou la feuille que j’ai sous la main ) des pensées, des billets d’humeur. Dernièrement, me sentant un peu au fond du gouffre, j’ai essayé de mettre sur papier quelques principes sur la nature humaine.

    Ecrire des choses simple en essayant de poser les questions et d’y répondre, ça me semble pas mal.

    A bientôt et dsl pour la longeur.

  11. Amar dit :

    bon voila moi j’en souffre d’une depression masquée depuis un moment, j’ai deja reçu le coup en deux reprises 2005 et 2006 et ça revient, je sens comme une sorte de chapeau sur la tete , la nuque serrée et je n’arrive plus à supporter le vacarme, le bruit et le klaxon des voitures, mon sommeil est perturbé j’ai besoin de vos conseils merci d’avance

  12. Léa dit :

    Bonjour,
    Voilà je suis déprimée depuis le mois de novembre, j’avais réussi à remonter la pente mais depuis deux semaines je suis retombée dedans. C’était au lycée, je suis la dernière de ma classe, la façon dont les profs me parlent, me regardent, me jugent m’est insupportable. La façon dont il te traite comme une merde. Tu essayes de leur parler pour leur dire que c’est inhumain, ils nient. Du coup, aucune envie d’aller au lycée, je m’énerve pour un rien, je m’enferme dans ma chambre, je met un masque pour aller pour ne embêter mes amis. Je n’ai pas envie de sortir, je n’ai pas faim. Je parle de moins en moins. Ils ne comprennent pas. De plus, c’est pas la joie chez moi. Comment on fait quand on redoute d’aller au lycée et de rentrer chez soi ? Merci …

  13. moi dit :

    Léa,
    Ce que tu vis, je l’ai vécu alors avec le recul, je vais te donner quelques pistes pour aller mieux. Ce qu’il faut, c’est que tu te crées un horizon. Aujourd’hui, ce que tu vis est dur car tu es maltraitée par des professeurs qui te jugent mal. Il faut que tu saches que leur jugement n’a pas une valeur absolue. Il n’engage qu’eux et n’a pas force de vérité sur ta personnalité.
    Le lycée, pour moi, ce fut un très mauvais moment à passer, interminable quand j’y étais mais très lointain aujourd’hui. Donc dis toi que ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Les choses seront plus douces ensuite. Le jugement dans le monde du travail est très différent, beaucoup moins immédiat et souvent moins humiliant.
    Si tu redoutes d’aller au lycée, ce que je te conseille, c’est de briser la glace en allant voir le prof que tu détestes le plus. Tu lui dis polliment ton mal être et tu vois comment il réagit. S’il réagit mal, cela te prouvera que son jugement ne vaut rien. S’il réagit bien, les choses s’amélioreront sûrement pour toi. Tu verras que ce n’est pas ton ennemi et lui prendra peut être un peu plus en compte ton mal être et t’aidera un peu. Je ne dis pas que cela règlera tous tes problèmes mais peut être que cela te donnera un petit coup de pouce…

  14. pascaline dit :

    je ressens exactement le même mal être que Lydie……j ai vécu la même chose au boulot , j ai trouver la force de me battre , accompagner de la médecine du travail, de ma psy …..
    mais c est vrai que personne ne peux comprendre , les meilleurs peuvent t écouter mais comprendre ??? je crois pas !!! je suis sans emploi maintenant, mais n arrive pas a retrouver du boulot , j ai envie de mourir , me sens mal !!!! inutile , mon ancien patron avait peut être raison , suis nulle et inutile ! tous serais plus simple , une fois plus là !! fini les soucis dans la tète et les larmes sur les joues ….. et ne serais plus un poids pour ma famille qui ne sait plus quoi faire pour moi ! mon message est déprimant je sais , mais il est le reflet de ce que je suis au plus profond de moi ….

  15. Sophie dit :

    Pascaline, moi je n ai pas vécu la même chose que toi. Mais je suis sans emploi depuis septembre dernier et maintenant que je suis enceinte denviron 5 mois j’ai l ‘impression d’être condamné à rester chez moi j’ai pourtant envie de trouver un emploi car j’en ai marre de voir mon chez moi. Je ne sors que très peu de chez moi car je n’ai pas envie de sortir toute seule et les gens qui m’entourent ont chacun leur préoccupation.J’ ai l’impression d’être seule au monde. Je me sens terriblement nulle et incapable j’ai envie parfois d’en finir mais je me dis que je peux pas car le bébé est là. Mes proches me disent qu’il faut que je sois bien pour le bébé j’en ai marre d’entendre cette phrase. Je suis pas bien je n’y peux rien je suis malade c est pas parce que bébé est là en moi que tout va se résoudre. Je me sens totalement perdue et incomprise.

  16. Sophie dit :

    J’ ai envie d’avoir un travail et en même temps j’ai peur d’en trouver un…j’ai tellement un manque de motivation, d’énergie que j’ai peur que ça se ressente dans mon travail…bref tout est paradoxe j’ai envie mais je me sens pas capable…
    Je me sens seule et pourtant je continue à m’enfermer chez moi à réfléchir, à me dire que je me sens pas capable et me mettre en tête que le bout du tunnel je ne le verrai jamais…
    Mon mari et ma mère me répètent que je dois me bouger je sais qu’ils ont raison mais pour moi tout me paraît une montagne…je ne supporte plus cette phrase.J’aimerai tellement arriver à lâcher prise et être heureuse…je me sens vraiment mal…mes envies et objectifs retombent comme un soufflet…je n arrive pas a les atteindre pourtant ils ne sont pas difficiles à atteindre…j’ai l’impression que je ne m’accorde pas le droit au bonheur et que ma vie sera éternellement en suspens…

  17. Marc dit :

    En dépression depuis 2000 je crois j’avais une joie de vivre j’étais je suis le psy dans un groupe celui qui positive oui j’ai besoin de voir de m’accrocher à ce qui donne de l’espoir mais je suis devenu assez réaliste et comme idéaliste je ne perçois plus ou très très rarement des signes d’humanité de la compassion de la tolérance juste de la compétitivité besoin sans cesse de rabaisser l’autre de l’humilier et tout cela avec un manque totale de modestie et gratuitement. Devenu une manière de communiquer de fonctionner très superficiel pas profond . Je ne sais pas faire semblant j’ai toujours été authentique et aujourd’hui je ne souhaite plus rencontrer ni recevoir des personnes une parole peut me déprimer et du sourire je vais éclater je ne contrôle pas mon état d’humeur il ne reste plus au beau fixe. Je ne sors plus ne rigole plus pleure tout le temps je dors mal parfois reste 1 semaine sans avoir envie de manger en fait je faisais tout par plaisir et aujourd’hui je n’ai plus ce plaisir de vivre de me lever de voir le soleil j’ai qu’une hâte c’est qu’il se couche et pourquoi????? 1 journée de passée à rien faire . C’est la première fois que je vais sur un blog je voudrais m’aider et en vous lisant j’ai un échos mon état comment on n’en sort?????

  18. Julien dit :

    Bonjour à tous et à toutes,

    Moi aussi j’ai connu la dépression de nombreuses fois dans ma vie. Depuis toujours je cherche la bonne solution pour en sortir, et surtout pour nouer des contacts en vrai. Nous sommes tous différents, chaque dépression a sans doute des causes différentes.
    J’aurais voulu créer une association pour aider les personnes déprimées, ou écrire un Blog comme celui-ci. Quelle est la bonne solution pour rencontrer des personnes qui nous ressemblent ? et pas seulement dans le virtuel internet, froid, anonyme.
    J’habite à paris. La dépression m’a isolé des autres alors que j’aime le contact et l’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>